Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La version stable du Java Developpement Kit 14 est prévue pour février 2020
Petit aperçu de fonctionnalités en préversion

Le , par Stéphane le calme

148PARTAGES

32  0 
Le cycle de sortie de Java a changé de façon assez profonde récemment, ce qui signifie que nous obtenons de nouvelles fonctionnalités à un rythme plus rapide qu'auparavant. Aujourd'hui nous parlerons de deux fonctionnalités intéressantes du langage.

Améliorations au niveau du switch

Selon certains professionnels, l'instruction switch classique en Java n'est pas géniale. Contrairement à de nombreuses autres parties de Java, elle n'a pas été correctement repensée lors du retrait des fonctionnalités de C il y a toutes ces années. Le défaut clé est la "chute par défaut". Cela signifie que si vous oubliez de mettre une clause break dans chaque cas, le traitement se poursuivra jusqu'à la clause case suivante.

Un autre défaut est que les variables sont étendues à l'intégralité du switch, vous ne pouvez donc pas réutiliser un nom de variable dans deux clauses case différentes. De plus, une clause par défaut n'est pas requise, ce qui laisse les lecteurs du code dans l'incertitude quant à savoir si une clause a été ou non oubliée.

Et bien sûr, il y a aussi la principale limitation - le type à activer ne peut être qu'un entier, une énumération ou une chaîne.

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
 String instruction; 
 switch (trafficLight) { 
   case RED: 
     instruction = "Stop"; 
   case YELLOW: 
     instruction = "Prepare"; 
     break; 
   case GREEN: 
     instruction = "Go"; 
     break; 
 } 
 System.out.println(instruction);

Le code ci-dessus ne se compile pas, car il n'y a pas de clause default par défaut, laissant instruction indéfinie. Mais même s'il compilait, il n'imprimerait jamais "Stop" en raison du break manquant.

Dans le cadre du Project Amber, switch a bénéficié de quelques changements ! Ils ont été lancés en préversion dans JDK 12 et à nouveau dans 13 et sont au moment de la rédaction destinés à être publiés dans JDK 14. Les développeurs vont disposer d'une nouvelle fonctionnalité lorsque switch sera utilisé comme instruction. En outre, il pourra également être utilisé comme une expression à l'avenir.

Bienvenue case X ->

Dans la syntaxe de switch, il est désormais possible de se servir de case X -> en plus du traditionnel case X:. Dans ces cas d'utilisations, seule l'expression ou l'instruction sur le côté droit de la flèche sera exécutée. Cela signifie que vous n'aurez plus besoin de vous rappeler d'utiliser break pour sortir du switch dès lors qu'une languette va correspondre.

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
String quantityString; 
switch (n) { 
    case 1 -> quantityString = "one"; 
    case 2 -> quantityString = "two"; 
    default -> quantityString = "many"; 
}

Expressions switch

switch peut désormais être utilisé comme expressions, c'est-à-dire qu'il peut retourner une valeur. Cela signifie que nous n'aurons pas à déclarer d'abord une variable, puis à affecter une valeur dans chaque branche. Combiné avec des étiquettes de flèche, il nous permet d'exprimer notre intention en beaucoup moins de lignes de code:

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
String quantityString = switch (k) { 
    case 1 -> "one"; 
    case 2 -> "two"; 
    default -> "many"; 
};

Parfois, vous pourriez être obligé d'exécuter un bloc de code dans le cadre d'une expression de cas. Afin de combiner cela avec la syntaxe d'étiquette de flèche, vous devez yield une valeur à la fin du bloc:

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
DayType type = switch (day) { 
    case 1, 2, 3, 4, 5 -> WEEKDAY; 
    case 6, 7          -> WEEKEND; 
    default            -> { 
        logger.warn(day + " is not a valid day. Legal values are [1..7]"); 
        yield UNKNOWN; 
    } 
};

Vous pouvez également transformer les switch d'instruction en expression à l'aide des anciennes étiquettes de style en vous servant de yield.

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Type type = switch (day) { 
    case 1, 2, 3, 4, 5: 
        yield WEEKDAY; 
    case 6, 7: 
        yield WEEKEND; 
    default: 
        logger.warn(day + " is not a valid day."); 
        yield UNKNOWN; 
};

N'oubliez pas que c'est la syntaxe des libellés fléchés qui empêche les chutes. Cela signifie que si vous oubliez de yield, l'expression de cas suivante sera évaluée et vous pourriez vous retrouver avec le mauvais résultat.

Qu'en pensent les professionnels ?

Le développeur Stephen Colebourne s'est laissé aller à un billet où il soulève quelques questions importantes concernant l'UX de ces fonctionnalités.

« Je ne suis pas convaincu des mérites du nouveau design. Pour être clair, il y a de bons aspects, mais dans l'ensemble, je pense que la solution est trop complexe et avec des choix de syntaxe désagréables.

« L'objectif principal est d'ajouter un formulaire d'expression, où vous pouvez affecter le résultat du switch à une variable. C'est un peu comme l'opérateur ternaire (par exemple. x != Null ? x : ""), qui est l'équivalent d'expression d'une instruction if. Une forme d'expression réduirait les problèmes comme la variable non définie ci-dessus, car elle rend plus évident que chaque branche doit entraîner une variable.

« Le plan actuel consiste à ajouter non pas une, mais trois nouvelles formes de commutation. Oui, trois.
  • Type 1: déclaration avec syntaxe classique. Comme aujourd'hui. Avec fall-through-by-default. Pas exhaustive.
    • Déclaration
    • Fall-through-by-default
    • retour autorisé, également continue / break une boucle
    • Portée unique pour les variables
    • La logique pour chaque cas est une séquence d'instructions pouvant se terminer par yield
    • Non exhaustif - une clause par défaut n'est pas requise
    • yieldle rendement n'est pas autorisé
  • Type 2: Expression avec une syntaxe classique. NOUVEAU! Avec fall-through-by-default. Doit être exhaustive.
    • Expression
    • Fall-through-by-default
    • retour non autorisé, impossible de continue / break une boucle
    • Portée unique pour les variables
    • La logique pour chaque cas peut être une expression de rendement ou une séquence d'instructions se terminant potentiellement par yield
    • Exhaustive - une clause par défaut est requise
    • Doit utiliser yield pour renvoyer des valeurs
  • Type 3: instruction avec nouvelle syntaxe. NOUVEAU! Pas de fall-through. Pas exhaustive.
    • Déclaration
    • L'interruption n'est pas autorisée
    • retour autorisé, ainsi que continue / break sur une boucle
    • aucun problème de portée variable, la logique pour chaque cas doit être une instruction ou un bloc
    • Non exhaustif - une clause par défaut n'est pas requise
    • yield n'est pas autorisé
  • Type 4: Expression avec une nouvelle syntaxe. NOUVEAU! Pas de fall-through. Doit être exhaustive.
    • Expression
    • L'interruption n'est pas autorisée
    • retour non autorisé, impossible de continue / break une boucle
    • Aucun problème de portée variable, la logique pour chaque cas doit être une expression ou un bloc se terminant par yield
    • Exhaustive - une clause par défaut est requise
    • Doit utiliser yield pour renvoyer des valeurs, mais uniquement à partir de blocs (c'est implicite quand ce n'est pas un bloc)


Voici un exemple de type 4

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
 // type 4 
 var instruction = switch (trafficLight) { 
   case RED -> "Stop"; 
   case YELLOW -> "Prepare"; 
   case GREEN -> "Go"; 
 }; 
 System.out.println(instruction);

« Comme on peut le voir, la nouvelle syntaxe de type 3 et 4 utilise une flèche au lieu d'un deux-points. Et il n'est pas nécessaire d'utiliser break si le code se compose d'une seule expression. Il n'y a pas non plus besoin d'une clause par défaut lors de l'utilisation d'une énumération, car le compilateur peut l'insérer pour vous à condition que vous ayez inclus toutes les valeurs énumérées connues. Donc, si vous avez raté GREEN, vous obtiendrez une erreur de compilation.

« Le diable est bien sûr dans le détail.

«  Premièrement, un point clairement positif. Au lieu de passer à travers en listant plusieurs étiquettes, elles peuvent être séparées par des virgules :

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
 // type 4 
 var instruction = switch (trafficLight) { 
   case RED, YELLOW -> "Stop"; 
   case GREEN -> "Go"; 
 }; 
 System.out.println(instruction);

« Simple et évident. En plus d'éviter de nombreux cas d'utilisation simples de sortie. Et si le code à exécuter est plus complexe qu'une expression ?

Ce qu'il dit de tout cela ?

« Les expressions switchde commutateur de type 4 sont correctes (bien que j'ai de réels problèmes avec l'extension de la syntaxe des flèches à partir de lambdas). Mon problème est avec les types 2 et 3. En réalité, ces deux types de switch seront très rares, et donc la plupart des développeurs ne les verront jamais. Compte tenu de cela, je pense qu'il serait préférable de ne pas les inclure du tout. Une fois que cela est accepté, il ne sert à rien de traiter les formes d'expressions comme un switch, car il n'aura en réalité pas beaucoup de connexions avec l'ancienne forme de déclaration. Je laisserais tomber les types 2 et 3 et autoriserais les expressions switch de type 4 à devenir ce qu'on appelle des expressions de déclaration.

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
 // Stephen's expression switch 
 var instruction = match (trafficLight) { 
   case RED: "Stop"; 
   case YELLOW: "Prepare"; 
   case GO: "Go"; 
 } 
 // Stephen's expression switch used as a statement (technically a statement expression) 
 match (instruction) { 
   case "Stop": doStop(); 
   case "Go": doGo(); 
   default: ; 
 }

« Si vous ignorez la complexité et utilisez simplement des expressions switch de type 4, la nouvelle fonctionnalité est tout à fait raisonnable. Cependant, afin d'ajouter la seule forme de switch nécessaire à Java, nous devons également prendre en considération les deux autres ratés - type 2 et 3. À mon avis, la fonctionnalité doit revenir à la planche de travail, mais malheureusement je soupçonne que c'est maintenant trop tard pour ça ».


Correspondance de modèle pour instanceof

En tant que développeur Java, vous avez probablement été dans une situation où vous devez vérifier si un objet est d'un certain type, et si c'est le cas - le caster dans ce type. Ce modèle est largement utilisé par exemple dans les implémentations equals.

Introduit en tant que fonctionnalité en préversion dans JDK 14, instanceof est étendu pour prendre ce qu'on appelle un modèle de test de type au lieu d'un simple type. Un modèle de test de type se compose d'un prédicat et d'une variable de liaison.

Prenons cet exemple :

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
@Override 
public boolean equals(Object obj) { 
    if (obj instanceof Person) { 
        Person other = (Person) obj; 
        return this.name == other.name; 
    } 
    return false; 
}

En utilisant cette nouvelle fonctionnalité, vous pouvez réécrire le code comme suit:

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
@Override 
public boolean equals(Object obj) { 
    if (obj instanceof Person other) { 
        return this.name == other.name; 
    } 
    return false; 
}

Dans l'exemple ci-dessus, Person other est le modèle de test de type.

Dans le bloc if, vous pouvez utiliser other et il est garanti qu'il s'agit d'une Person. En revanche, other n'est pas accessible en dehors du bloc if.

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
if (!(obj instanceof String s)) { 
    System.out.println(s); // 1 
} else { 
    System.out.println(s); // 2 
}

Comment activer les fonctionnalités en préversion ?

Les nouveaux changements switch ont actuellement le drapeau préversion dans la version JDK la plus récente (13). Cela signifie que vous ne devez probablement pas les utiliser dans une large mesure dans la base de code qui constitue votre gagne-pain. Les API peuvent changer et il y a toujours une chance que la fonctionnalité ne soit pas promue en fonction stable dans sa forme actuelle.

Il est cependant utile de les expérimenter. Essayer de nouvelles fonctionnalités est un bon moyen d'élargir votre ensemble de compétences, et s'il y a quelque chose que vous n'aimez pas du tout quant à la convivialité d'une fonctionnalité, vous pouvez même fournir des commentaires aux développeurs JDK.

Pour commencer à expérimenter les préversions de ces fonctionnalités sur l'outil dont vous vous servez, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous:

Maven

Pour activer pendant la compilation, ajoutez la configuration suivante à maven-compiler-plugin:

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
<configuration> 
    <release>13</release> 
    <compilerArgs> 
        --enable-preview 
    </compilerArgs> 
</configuration>

Pour l'exécution du test, ajoutez la configuration suivante à maven-surefire-plugin et / ou maven-fail-safe-plugin:

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
<configuration> 
    <argLine>--enable-preview</argLine> 
</configuration>

Gradle

Activez l'indicateur du compilateur pour la compilation et l'exécution des tests comme suit:

Code Java : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
compileJava { 
    options.compilerArgs += ["--enable-preview"] 
} 
test { 
    jvmArgs '--enable-preview' 
}

IntelliJ

Accédez à Paramètres du projet> Projet et recherchez la liste déroulante Niveau de langage du projet. Si vous avez précédemment ciblé la version 13 et que vous souhaitez activer les fonctionnalités en préversion, choisissez 13 (Preview).


Sources : billet Stephen Colebourne, OpenJDK (switch, instanceOf)

Voir aussi :

Vaudra-t-il encore la peine de consacrer du temps à l'étude du langage Java en 2020 ? Voici 10 raisons de répondre à l'affirmative, selon l'éditeur du blog Javarevisited
L'extrait de code Java le plus copié sur Stack Overflow contient un bogue et son auteur, Andreas Lundblad, développeur Java chez Palantir, propose un correctif
Entre Java et Kotlin, lequel de ces langages est le meilleur pour le développement d'applications Android ?
SQL et Java sont encore les compétences techniques les plus demandées en 2019, selon un rapport d'étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de joel.drigo
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/01/2020 à 17:33
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Comment activer les fonctionnalités en préversion ?
Complément pour les utilisateurs d'Eclipse :
4  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/03/2020 à 15:11
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Stay tuned. Records also raise interesting questions from an educational standpoint for the next generation of Java developers. For example, if you mentor junior developers, when should records be introduced in the curriculum: before introducing OOP and classes or after?
Franchement, autant les autres fonctions sont utiles, autant celle-là, j'aimerais la voir disparaître.
Personnellement, au contraire, je trouve cette fonctionnalité très utile.
Quand je structure mon code, je découple le code qui parse les données en entrée (arguments en ligne de commande, URL, fichier, etc.) du code qui les traite et, comme dans l'article Parse, don’t validate de Alexis King, j'utilise la puissance du typage statique pour propager statiquement les garanties sur les données en sortie du code qui parse.
En entrée du code qui traite les données, il m'arrive d'avoir un amas de champs dont chacun a sa propre contrainte (ex : entier entre certaines bornes, chaîne qui doit respecter un certain format, etc.), mais pas de contrainte qui fait intervenir plusieurs champs à la fois. Dans ce cas, définir une data class (ce que Java 14 appelle une record) est approprié. Dans cette data class, chaque champ a un type qui garantit la contrainte spécifique au champ (ex : une classe qui encapsule un entier avec comme invariant de classe que cet entier est entre certaines bornes, une classe qui encapsule une chaîne avec comme invariant de classe que cette chaîne respecte un certain format, etc.)
Du coup, le code qui parse est bien découplé du code qui traite. Quand on met à jour le code, si on modifie le format des données en entrée, cela minimise la quantité de code que l'on doit analyser : on ne dépend pas de classes qui font des choses sophistiquées qui n'ont rien à voir avec le parsing des données en entrée. Ce découplage facilite aussi la mise en place de tests unitaires spécifiques au code qui parse.
De même, le code qui traite les données déjà parsées est découplé du code qui parse : il dépend de l'objet en sortie du code qui parse, mais il ne sait pas si le code qui parse a pour entrée des arguments en ligne de commande, une URL, un fichier, etc. On peut aussi faire des tests unitaires dessus qui ne dépendent pas du code qui parse.
2  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/03/2020 à 16:07
Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Quand je structure mon code, je découple le code qui parse les données en entrée (arguments en ligne de commande, URL, fichier, etc.) du code qui les traite et, comme dans l'article Parse, don’t validate de Alexis King, j'utilise la puissance du typage statique pour propager statiquement les garanties sur les données en sortie du code qui parse.
Je ne vois pas comment tu utilises le typage statique, du moins en Java: dans les exemples que tu donnes (entier borné, chaîne respectant une expression régulière...), les types String et int étant finaux, je ne vois pas comment tu peux propager la contrainte grâce à un type.
A moins de créer un type qui contient une String et délègue toutes les méthodes... pas très pratique.
Au contraire j'ai déjà fait ça... en Ada, où il est possible de définir des types juste pour ajouter ce genre de contrainte, le système de types permettant alors de vérifier que tu ne mélanges jamais des objets de type différent même si ces types sont dérivés de la même base.
Et Ada, ce n'est pas de la programmation objet (du moins avant la version 1995). De même, l'article que tu cites utilise un langage à typage statique (Haskell) assez proche de celui d'Ada (enfin, avec l'inférence en plus parce qu'il est plus récent)... et qui n'est pas vraiment orienté objet. D'où la question: pourquoi utiliser un langage objet - où les méthodes sont supposées intelligentes - si c'est pour au final n'avoir que des POJO qui sont des structures sans méthodes intelligentes?

Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Quand on met à jour le code, si on modifie le format des données en entrée, cela minimise la quantité de code que l'on doit analyser : on ne dépend pas de classes qui font des choses sophistiquées qui n'ont rien à voir avec le parsing des données en entrée.
A moins d'avoir un moyen de propager la contrainte au niveau des POJO (voir point précédent), le problème ici c'est qu'on oublie un détail important: une certaine tendance à ré-utiliser le code. Si tu découples le parsing et les POJO, comment garantir que d'autres programmes ne créeront pas des objets de la même classe mais sans passer par le même parsing en entrée? Comme c'est la même classe, des objets ne respectant pas la contrainte peuvent se retrouver injectés dans ton programme initial!
Ce n'est pas qu'une vue de l'esprit, c'est un problème que j'ai au quotidien sur un programme pour lequel je maintiens des plugins: quand l'API du programme me sort un POJO, je suis certain qu'il respecte les contraintes; mais faute de documentation, je ne sais pas quelles contraintes je dois respecter quand c'est moi qui dois fournir un objet à l'API: tout ce que la doc dit, c'est que ça doit être une String...

Du coup je n'ai pas la même position sur le découplage. Placer une fonction de parsing en dehors de la classe elle-même, oui, sans problème - en plus ça évite à la classe de base d'avoir certaines dépendances extérieures (par exemple elle n'aura pas besoin de faire référence au parseur xml). Mais la validation par contre, si les contraintes sont inhérentes à l'objet créé, c'est dans sa classe qu'il faut valider! Donc soit le système de types le permet - et là encore, j'attends un exemple parce que pour le moment je ne vois pas comment le faire en Java - soit il faut le faire dans le constructeur, ce que ne permet pas un record ou un POJO!
1  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/03/2020 à 17:21
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Je ne vois pas comment tu utilises le typage statique, du moins en Java: dans les exemples que tu donnes (entier borné, chaîne respectant une expression régulière...), les types String et int étant finaux, je ne vois pas comment tu peux propager la contrainte grâce à un type.
A moins de créer un type qui contient une String et délègue toutes les méthodes... pas très pratique.
Par exemple, si un identifiant d'utilisateur a pour contrainte que c'est une chaîne non vide qui n'a que des caractères alphanumériques ASCII, alors je crée un type UserId qui encapsule une String et qui a pour invariant de classe que cette chaîne respecte le format.
La classe UserId doit empêcher de violer l'invariant. Par exemple, si UserId a un constructeur public qui prend en paramètre une String alors, si le paramètre ne respecte pas le format, le constructeur doit lancer une exception.
La classe UserId a un getter qui permet de récupérer la String. String est immuable, donc il n'y a pas de danger que l'utilisateur ne casse la chaîne qui est dans UserId. Avec ce getter, il n'y a pas besoin de réimplémenter dans UserId toutes les méthodes de String.
Cette classe UserId ne sera pas une record Java, mais un des champs d'une record Java pourrait être de type UserId.

Citation Envoyé par esperanto Voir le message
D'où la question: pourquoi utiliser un langage objet - où les méthodes sont supposées intelligentes - si c'est pour au final n'avoir que des POJO qui sont des structures sans méthodes intelligentes?
Utiliser des POJO à certains endroits ne veut pas dire qu'il faut en mettre partout.

Citation Envoyé par esperanto Voir le message
A moins d'avoir un moyen de propager la contrainte au niveau des POJO (voir point précédent), le problème ici c'est qu'on oublie un détail important: une certaine tendance à ré-utiliser le code. Si tu découples le parsing et les POJO, comment garantir que d'autres programmes ne créeront pas des objets de la même classe mais sans passer par le même parsing en entrée? Comme c'est la même classe, des objets ne respectant pas la contrainte peuvent se retrouver injectés dans ton programme initial!
Non car la classe doit empêcher de violer son invariant (voir ci-avant).
D'ailleurs, d'autres programmes doivent pouvoir passer par la même classe (ex : UserId ) sans passer par le même parseur. Par exemple, si un identifiant d'utilisateur peut être en argument de ligne de commande ou dans un fichier, le code qui parse la ligne de commande et le code qui parse le fichier, s'ils sont codés dans le même langage, devraient tous les deux utiliser la même classe UserId. Le code de la classe UserId ne connaît pas le code des parseurs : ce sont les parseurs qui connaissent la classe UserId. Cette réutilisation du code (la classe UserId) permet de garantir une certaine cohérence. Au quotidien, je vois trop souvent des codes incohérents qui n'imposent pas les mêmes contraintes sur les données métiers.

Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Mais la validation par contre, si les contraintes sont inhérentes à l'objet créé, c'est dans sa classe qu'il faut valider! Donc soit le système de types le permet - et là encore, j'attends un exemple parce que pour le moment je ne vois pas comment le faire en Java - soit il faut le faire dans le constructeur, ce que ne permet pas un record ou un POJO!
Si l'un des champs de la record est de type UserId, alors la contrainte de type est bien propagée pour ce champ. Par contre, ce que la record ne peut pas faire, c'est imposer des contraintes qui font intervenir plusieurs champs à la fois. C'est dans ce sens que j'ai écrit :
Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
En entrée du code qui traite les données, il m'arrive d'avoir un amas de champs dont chacun a sa propre contrainte (ex : entier entre certaines bornes, chaîne qui doit respecter un certain format, etc.), mais pas de contrainte qui fait intervenir plusieurs champs à la fois. Dans ce cas, définir une data class (ce que Java 14 appelle une record) est approprié. Dans cette data class, chaque champ a un type qui garantit la contrainte spécifique au champ (ex : une classe qui encapsule un entier avec comme invariant de classe que cet entier est entre certaines bornes, une classe qui encapsule une chaîne avec comme invariant de classe que cette chaîne respecte un certain format, etc.)
1  0 
Avatar de foetus
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/03/2020 à 4:15
Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Le code de la classe UserId ne connaît pas le code des parseurs : ce sont les parseurs qui connaissent la classe UserId.
c'est la définition d'un Data Transfert Object (DTO) (<- lien wiki en anglais) : un "sac de données" entre 2 classes, entre 2 domaines/ couches d'abstraction.

Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Non car la classe doit empêcher de violer son invariant (voir ci-avant).
D'ailleurs, d'autres programmes doivent pouvoir passer par la même classe (ex : UserId ) sans passer par le même parseur.
Justement , ce n'est pas aux DTO de vérifier les règles de gestion ni les règles de validation données :
  • La classe qui va remplir le DTO (lecteur fichier, requêtes SQL, saisie formulaire, dump réseau, enregistrement du gyroscope, ...) doit vérifier les données si nécessaire
  • La classe qui va enregistrer le DTO (dans une base de données, un fichier, ...), je pense, doit valider les données.
  • La classe qui va utiliser les données doit respecter les règles de gestion. C'est ton exemple UserId - dans le cahier de charges , cela doit être indiqué que l'identifiant ne doit pas être vide, avoir ...

Le DTO peut avoir des champs avec une représentation précise. Par exemple, une adresse IPv4 : soit 4 chars (1 octet), soit un entier (4 octets), soit ...

Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Cette réutilisation du code (la classe UserId) permet de garantir une certaine cohérence.
Peut-être qu'1 façon de coder , c'est d'utiliser les "traits" (<- ceux du PHP pas ceux du C++ ). Et ainsi, tu peux faire par exemple, un "trait" "validation d'identifiant", un autre "chiffrement de données sensibles", ...
1  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/03/2020 à 10:59
Citation Envoyé par foetus Voir le message
Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Le code de la classe UserId ne connaît pas le code des parseurs : ce sont les parseurs qui connaissent la classe UserId.
c'est la définition d'un Data Transfert Object (DTO) (<- lien wiki en anglais) : un "sac de données" entre 2 classes, entre 2 domaines/ couches d'abstraction.
Ça, c'est encore autre chose. Dans l'article Data Transfer Object de Martin Fowler, je vois un exemple de DTO : une classe AlbumDTO qui a deux attributs title et artist et deux méthodes toXmlElement et readXml. À côté, il y a aussi deux classes métier Album et Artist. Pour convertir les classes métiers en DTO ou les DTO en classes métiers, il y a une quatrième classe AlbumAssembler.

Dans mon exemple, UserId n'est pas un DTO. Conceptuellement, UserId est presque comme une String avec une étiquette collée dessus qui indique que la String respecte le format de l'identifiant d'utilisateur. Et, pour construire un objet de type UserId à partir d'un objet de type String, on est obligé de passer par une opération qui sépare le flot d'exécution en deux : une branche dans laquelle le format est correct, ce qui a permis de construire un objet de type UserId et une branche dans laquelle le format est incorrect, où aucun objet de type UserId n'a été créé.
Dans les langages où la manière idiomatique de gérer les erreurs est de lancer une exception, l'opération qui sépare le flot d'exécution en deux sera typiquement un constructeur public qui prend en paramètre une String et qui lance une exception en cas de format incorrect. Ou alors, pour ceux qui n'aiment pas les constructeurs qui lancent des exceptions, on peut rendre privé le constructeur et obliger de passer par une méthode statique qui retourne un UserId, qui prend en paramètre une String et qui lance une exception en cas de format incorrect.
Ainsi, on a la garantie qu'un objet de type UserId contient une String qui respecte le format. Cela évite les erreurs d'étourderie. C'est un peu comme des assert vérifiés à la compilation, en moins verbeux.
0  0 
Avatar de wax78
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/03/2020 à 20:30
Citation Envoyé par esperanto Voir le message

[*]Une meilleure syntaxe pour les chaînes très longues c'est très bien; mais quand aura-t-on droit à un soupçon d'interpolation? Parce que s'il faut écrire """très long""" + variable + """très long", les situations où on peut utiliser une chaîne très longue vont vite se réduire, au point qu'il sera plus efficace de mettre la chaîne dans un fichier séparé et de la lire comme une ressource!
Code : Sélectionner tout
1
2
3
String str = String.format("""
très long %s très long
""", "le truc à mettre entre les très longs");
ou

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
String str = String.format(
"""
<HTML>
  <BODY>
    <H1>"Java %d is here!"</H1>
  </BODY>
</HTML>"""
,14
);
Tu parles d'un truc de ce genre ?
0  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/03/2020 à 16:21
Citation Envoyé par wax78 Voir le message
Tu parles d'un truc de ce genre ?
Pas tout à fait. Moi je pensais plutôt à quelque chose comme

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
String str = """
<HTML>
  <BODY>
    <H1>Hello, ${user.getName()}</H1>
  </BODY>
</HTML>""";
qui serait traduit à la compilation vers

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
String str = """
<HTML>
  <BODY>
    <H1>Hello, " + user.getName()+ """</H1>
  </BODY>
</HTML>""";
Ce genre de mécanisme existe depuis longtemps dans les langages de script, et plus récemment les dernières versions de C# le supportent.

Quand on commence à avoir des chaînes très longues, ce que permet la nouvelle syntaxe, on risque d'avoir aussi beaucoup de variables à l'intérieur, donc si tu dois les mettre à la fin comme avec String.format, tu risques de les mettre dans le désordre.
De plus, les chaînes formatées sont évaluées à l'exécution (String.format étant une fonction), alors que la substitution que j'ai décrite plus haut peut se faire dès la compilation (sans même parler des optimisations que le compilateur pourrait encore faire dessus).

Cela dit, les chaînes formatées restent utiles quand tu ne connais pas le format à l'avance. C'est par exemple le cas quand tu utilises des tables de traduction (et de fait, on trouve fréquemment des chaînes formatées dans les Ressource Bundles en Java). A l'inverse, les chaînes longues et l'interpolation sont souvent utilisées pour introduire un bout de code dans un autre langage, comme une requête SQL ou, comme dans le cas de l'exemple, du code HTML. Et on peut alors se retrouver à combiner les deux techniques:

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
String str = $"""
<HTML>
  <BODY>
    <H1>${String.format(bundle.getString("HELLO_USER"), user.getName())}</H1>
  </BODY>
</HTML>""";
0  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/03/2020 à 17:56
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
A l'inverse, les chaînes longues et l'interpolation sont souvent utilisées pour introduire un bout de code dans un autre langage, comme une requête SQL ou, comme dans le cas de l'exemple, du code HTML. Et on peut alors se retrouver à combiner les deux techniques:

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
String str = $"""
<HTML>
  <BODY>
    <H1>${String.format(bundle.getString("HELLO_USER"), user.getName())}</H1>
  </BODY>
</HTML>""";
Ouh là, malheureux. Ça, c'est la porte ouverte aux injections SQL et à de bêtes bogues sur le format du HTML.

Dans le cas des requêtes SQL, au lieu de s'aventurer à concaténer des bouts de chaînes (par exemple via le sucre syntaxique de l'interpolation, pour les langages qui le permettent), il vaut mieux utiliser la notion de requête préparée. Par exemple, en Java, c'est avec PreparedStatement. Extrait de la doc :
Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
   PreparedStatement pstmt = con.prepareStatement("UPDATE EMPLOYEES
                                     SET SALARY = ? WHERE ID = ?");
   pstmt.setBigDecimal(1, 153833.00)
   pstmt.setInt(2, 110592)
Et concernant HTML, si tu concatènes directement des chaînes, il ne faut pas oublier d'encoder, par exemple pour remplacer < par &lt;, > par &gt;, etc. Dans le cas de Java, après une recherche sur internet, je suis tombé sur StringEscapeUtils.escapeHtml4.
Au lieu de concaténer des chaînes, il est aussi possible, à partir d'un objet de type HTMLDocument, de construire les éléments du HTML un par un, mais c'est verbeux.

En ce moment, je fais du Python et l'endroit où j'utilise le plus la fonctionnalité de l'interpolation, c'est dans la construction des messages de log et des messages d'erreur.
0  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/03/2020 à 20:48
Citation Envoyé par Pyramidev Voir le message
Ouh là, malheureux. Ça, c'est la porte ouverte aux injections SQL et à de bêtes bogues sur le format du HTML.

Dans le cas des requêtes SQL, au lieu de s'aventurer à concaténer des bouts de chaînes (par exemple via le sucre syntaxique de l'interpolation, pour les langages qui le permettent), il vaut mieux utiliser la notion de requête préparée. .
Les requêtes préparées, ça ne marche que si le nom des tables et des champs est statique. Si tu écris par exemple

Code : Sélectionner tout
1
2
   PreparedStatement pstmt = con.prepareStatement("UPDATE " + ((some condition) ? "TABLE1" : "TABLE2") 
                                  + "  SET SALARY = ? WHERE ID = ?");*
et de réutiliser la requête préparée si la condition a changé.

L'injection de code, c'est vrai qu'il faut faire attention dès lors que l'une des variables peut contenir quelque chose saisi par l'utilisateur. Quand ce n'est pas le cas, on reste relativement tranquille.

Quant au code HTML, oui en effet si j'ai des doutes sur le contenu potentiel des variables je peux écrire

Code : Sélectionner tout
1
2
3
4
5
6
7
String str = $"""
<HTML>
  <BODY>
    <H1>${StringEscapeUtils.escapeHtml4(String.format(bundle.getString("HELLO_USER"), user.getName()))}</H1>
  </BODY>
</HTML>""";
Maintenant, c'est bien d'avertir sur les dangers de la mauvaise utilisation d'une technique, mais on ne va pas interdire l'informatique parce que certains l'utilisent de façon incorrecte.
0  0