IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Oracle rétropédale en rendant son JDK 17 accessible sans coût pour une utilisation commerciale en raison de son abandon par les acteurs du développement informatique
Qui lui préfèrent l'openJDK

Le , par Patrick Ruiz

77PARTAGES

12  0 
La décision d’Oracle est-elle tardive ? Peut-on s’y fier en raison de la complexité des termes de la nouvelle licence « Oracle No-Fee Terms and Conditions » (NFTC) ? Quel impact sur l’avenir de sa version du kit de développement Java (JDK) ? Des sondages suggèrent que les distributions JDK d'Oracle ne sont plus les plus populaires dans la filière du développement informatique. Les développeurs semblent préférer les distributions OpenJDK de AdoptOpenJDK (maintenant Eclipse Temurin), Amazon, Microsoft, Azul et d'autres éditeurs.


L'édition 2021 du rapport de l'écosystème JVM révèle que 62 % (d'un échantillon de 2000) des développeurs interrogés utilisent Java 11 en production. Java 8 arrive en seconde position avec 60 %. Kotlin est le langage JVM le plus populaire après Java. AdoptOpenJDK est la distribution JDK la plus populaire avec 45 % des retours en sa faveur. Elle apparaît dans les résultats de ce sondage loin devant Oracle OpenJDK et Oracle JDK, avec respectivement 28 % et 23 %. Grosso modo, le tableau est celui d’une réorientation des intervenants de la filière du développement informatique vers la version libre du kit de développement Java.


La faute aux zones d’ombre au sein de la NFTC ?

La décision d'Oracle de commencer à faire payer pour l’accès à son JDK en 2018 a entraîné une incertitude et une confusion considérables dans la communauté Java. C’est la raison pour laquelle Java a réagi avec l’annonce de la disponibilité sans coût de la version 17 du JDK. Le diable se cache dans les détails y relatifs.

La licence stipule tout d’abord que l'utilisation d'Oracle JDK 17 est régie par la NFTC. En d'autres termes, si une entreprise dispose déjà d'une licence pour les programmes Oracle Java (par exemple, par le biais d'un abonnement à Oracle Java Standard Edition ou dans le cadre d'une autre licence Oracle (par exemple, Oracle Weblogic), son déploiement et son utilisation d'Oracle JDK 17 ne sont pas régis par la NFTC. Cette disposition impacte sur certains des droits d’utilisation.

En effet, la licence donne le droit à l’utilisateur du JDK 17 d’en faire un usage interne à des fins de développement, de test, de prototypage et de démonstration de ses applications. Ce droit avait déjà fait l'objet d'accord par Oracle pour les versions précédentes de son JDK dans le cadre de son contrat de licence OTN - Oracle Technology Network. En d'autres termes, l’utilisation du JDK 17 n’est pas permise sous la NFTC pour le développement des applications qu’un tiers ne développe pas ou ne possède pas en tant qu’entreprise.

Nouveauté à la clé : si une organisation souhaite déployer et faire usage du JDK 17 en son sein, elle n’est pas soumise à l’obligation de faire l’acquisition d’une nouvelle licence. Néanmoins, cette disposition devient invalide si l’utilisation du JDK 17 est déjà régie par un autre contrat de licence Java.

Oracle se basera sur la NFTC pour son JDK 17 et les versions ultérieures. Les versions LTS, telles que JDK 17, recevront des mises à jour sous cette licence pendant un an après la sortie de la version LTS suivante. Après la période de licence d'utilisation gratuite, Oracle a l'intention d'utiliser la licence OTN, la même que celle actuellement utilisée pour les versions LTS de Java 8 et 11, pour les mises à jour ultérieures.

Au-delà de cette période, si une entreprise souhaite obtenir d'autres mises à jour Java 17 passé cette date, elle doit passer à la souscription Oracle Java SE et revenir à l'accord de licence OTN. Autre alternative : passer à la prochaine version LTS tous les deux ans.

Sources : Rapport JVM, Oracle

Et vous ?

Oracle est-il crédible ? Comprenez-vous la décision de cette entreprise de proposer une version payante de son JDK pour une utilisation commerciale ?
Quelles sont les raisons pour lesquelles le JDK d’Oracle demeure incontournable ?
Quels sont les ingrédients du JDK d’Oracle qui continuent à manquer à l’appel dans l’openJDK ?

Voir aussi :

Oracle annonce la disponibilité de Java 16 : tour d'horizon des nouvelles fonctionnalités et améliorations du JDK
Java 15 est déjà sur les rails : la prochaine version standard ajoutera des blocs de texte et des Garbage Collectors, et supprimera le moteur JavaScript Nashorn
Java 14 est disponible en version définitive avec de nouvelles fonctionnalités de productivité des développeurs, dont Switch Expressions, Records et autres
Marquée obsolète depuis 2016, l'API Applet sera bientôt définitivement supprimée de Java. Y a-t-il des raisons de regretter les applets Java ?
Java : Oracle va marquer l'API Applet obsolète dans le JDK 9, mais n'a pas l'intention de la supprimer de sitôt

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/11/2021 à 8:33
C'est plus pratique OpenJDK, il est disponible dans les distributions Linux
Ensuite, vu ce qui s'est passé avec Google et Oracle (avec Android), il vaut mieux être prudent et ne plus utiliser les produits Oracle dis "gratuits"
2  0 
Avatar de SuperPat
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/11/2021 à 13:27
"la licence donne le droit à l’utilisateur du JDK 17 d’en faire un usage interne à des fins de développement, de test, de prototypage et de démonstration de ses applications."

Donc finalement, rien de nouveau, on peut toujours pas utiliser l'Oracle JDK en production gratuitement ? Pour moi c'est toujours aussi confus, car le post du blog d'Oracle indique :

"Oracle is making the industry leading Oracle JDK available for free, including all quarterly security updates. This includes commercial and production use."
1  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/11/2021 à 9:50
En effet, la licence donne le droit à l’utilisateur du JDK 17 d’en faire un usage interne à des fins de développement, de test, de prototypage et de démonstration de ses applications. Ce droit avait déjà fait l'objet d'accord par Oracle pour les versions précédentes de son JDK dans le cadre de son contrat de licence OTN - Oracle Technology Network. En d'autres termes, l’utilisation du JDK 17 n’est pas permise sous la NFTC pour le développement des applications qu’un tiers ne développe pas ou ne possède pas en tant qu’entreprise.
En bref, soi tu vend ton application à l'entreprise qui donc la possède légalement et donc peux l'utiliser, quid de la maintenance assuré par le prestataire ?

Sinon si tu fourni un produit sous licence ce serait donc au fournisseur de l'application qui doit payer une licence Oracle puisque c'est lui qui possède l'application ?

"Oracle is making the industry leading Oracle JDK available for free, including all quarterly security updates. This includes commercial and production use."
Pire, ça fait de cette déclaration une déclaration mensongère.
1  0 
Avatar de Ithildine
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/11/2021 à 12:28
Absence de visibilité à long terme... Chat échaudé...(vous connaissez la suite).

Si Oracle passait davantage de temps en R&D qu'en rédaction de licences obscures et ambigües pour, au final, ne jamais s'engager sur les points peu claires, savamment rédigés, et toujours laisser les gens sous le coup potentiel de licences à payer pour des sommes astronomiques, cela donnerait peut être, éventuellement, l'idée de considérer à nouveau d'utiliser leur JDK... et de mettre à la poubelle les heures de validations faites, contraints et forcés, pour continuer à livrer nos produits à nos clients...

En fait, non, je rigole, Oracle me paierait que je continuerai à fuir leurs produits et leurs licences comme la peste...
1  0 
Avatar de professeur shadoko
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/11/2021 à 11:49
Citation Envoyé par RenardSpatial Voir le message
Par contre, il manque visiblement un référentiel de traduction quelque part.
sujet épineux s'il en est!
Dans les années 80 on avait essayé de mettre au point des traductions de termes techniques anglais qui soient à la fois parlants et pas ridicules...
Il n'est certes pas interdit d'employer ces termes anglais directement (on mange bien des bifsteack!) mais parfois .... on avait ainsi par exemple le terme "cheminom" pour un "Path" d'accès au fichier... mais l'usage ne s'est pas imposé.
Dans mes cours Java (et dans mes bouquins) j'ai quand même utilisé quelques termes en Français avec parfois des décalques comme "accesseur" , "mutateur" (qui me semblent quand même un peu mieux que "getter" et "setter") mais il reste des points difficiles (par ex. pour "Thread" ou pour "Pattern")... sans tomber dans des excès on peut parfois trouver des termes qui sont à la fois parlants et agréables... mais comment faire pour que leur usage se répande?
Bon je sors car tout ceci relève d'un autre sujet à mettre dans un autre fil de discussion.
1  0 
Avatar de RenardSpatial
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 29/11/2021 à 10:45
Je viens seulement de lire l’article suivant, qui me fait soulever deux réflexions :

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
À quel point Java 17, la dernière version du langage, est-il plus rapide ?
La licence

Sauf erreur de ma part, l’article d’origine est sous licence Creative Commons 3.0, ce qui autorise la traduction qui a été faite ici mais pas sans préciser la licence de la source que je n’ai vue nulle part.

La cohérence de traduction

Dans cet article, le terme garbage collector a été rendu successivement par :

  • ramasse-miette
  • GC
  • éboueur
  • collecteur d’ordures
  • garbage collector (dans les liens en bas)


D’une part ça ne simplifie vraiment pas la compréhension ; d’autre part c’est la première fois que je vois les traductions « éboueur » ou « collecteur d’ordure ».

Je prends cet exemple parce qu’il est extrême, mais pour moi c’est un problème général à tout développez.com : je n’ai rien contre la traduction des termes utilisés (on pourrait se poser la question de la pertinence de la traduction du jargon sur un site à destination de personnes qui à priori le comprennent, mais ça n’est pas le sujet). Par contre, il manque visiblement un référentiel de traduction quelque part. Il reste aussi beaucoup de structures de phrases calquées sur l’anglais d’origine.
0  0